Archives de catégorie : Journée d’étude 2019

Annonce de la prochaine journée d’étude

Comptes rendus de l’édition 2019

Merci à tous les participants de l’édition 2019 pour avoir fait de notre journée d’étude un succès. Nombre de questions et réactions ont été soulevées suite aux présentations de nos intervenants. Vous trouverez sur cette page, qui sera régulièrement mise à jour, des comptes rendus sous différentes formes (texte, audio…) de cet évènement.

Compte rendu audio :

Journée d’étude 2019

Notre journée d’étude annuelle aura lieu le vendredi 5 avril 2019. Rendez-vous de 9h00 à 17h00 dans l’amphithéâtre 3 du bâtiment Censive (Université de Nantes), pour assister aux interventions.

L’entrée est libre.

Vous pouvez également télécharger ici votre flyer

 

Au cours de cette journée d’étude, les étudiants du Master de Littérature Française et Comparée, accompagnés d’intervenants extérieurs, vous présenteront leurs travaux de recherche.

Par soucis de clarté et de cohérence, les différents intervenants sont réunis en quatre panels dont l’intitulé sert de fil directeur à la réflexion qui sera proposée.

Retrouvez, ci-dessous, le programme de la journée :

Cliquez ici pour télécharger notre programme au format .pdf

  • 9h15 à 9h30 : Accueil des participants et du public
  • 9h30 à 9h40 : Mot d’ouverture animé par Madame Mathilde Labbé

9h40 à 10h30 : Panel Littérature, creuset d’identité(s) ?

Description du panel

Ce panel composé de cinq masterant.e.s se propose d’éclairer la question de l’identité et de sa construction à travers des époques et des genres littéraires variés : la représentation des pauvres dans les fabliaux du XIIIe siècle, la construction d’un personnage féminin sur la scène tragique du XVIIe siècle, l’éducation des jeunes filles selon les autrices du XIXe siècle, l’écriture féminine dans les récits de voyage du XIXe siècle et enfin la revendication d’une identité urbaine dans le polar contemporain. Ces recherches portent tous sur un personnage ou une communauté en construction qui s’affirme ou s’ignore encore, mais qui, à travers le corpus étudié, commence déjà à exister, à se questionner et à se confronter à la difficulté de faire corps.
Par un jeu de regards croisés, nos interventions souhaitent éclairer le rôle joué par la littérature dans l’évolution socio-culturelle, voire politique, des sociétés traversées. Il s’agit de montrer comment la littérature peut questionner la norme, la légitimer ou la déranger afin de construire, d’affirmer ou de revendiquer l’existence d’une identité, d’une posture, d’un groupe social nouveaux. Les corpus étudiés livrent une vision du monde personnelle, atypique ou en marge, et conduisent à l’affirmation plus ou moins revendicative d’une appartenance à un genre, un type, une communauté. Mais cette naissance ne se fait pas sans difficulté et c’est là le cœur de nos recherches : le passage par l’écriture favorise-t-il la naissance ou la reconnaissance d’un personnage ou d’un groupe, invisible ou marginalisé, en lui permettant de se reconnaître et de se sentir légitime ? La littérature est-elle capable de produire du changement, d’amener un individu ou une communauté de la marge invisible vers une existence légitime et reconnue ? Ce sont ces questions centrales que nos interventions espèrent nourrir et mettre en débat.

  • Présidé par Madame Isabelle Ligier-Degauque
    • Anne Godard : Identité littéraire et pauvreté économique : conter et compter dans quelques textes brefs du Moyen Âge
      Descriptif

      Des fabliaux (XIIIe siècle) à la farce de Maître Pathelin (XVe siècle) en passant par les poésies de François Villon (XVe siècle) et Rutebeuf (XIIIe siècle), il s’agira de questionner l’unité de ces textes sur la pauvreté et le manque malgré la variété des genres et des époques. Comment l’étude de la brièveté, du comique et de la subversion, qui sont leurs principaux points communs, peut-elle nous conduire à l’hypothèse d’une littérature émancipatrice socialement et peut être politiquement ?

    • Matthieu Raffin : Sémiramis, le cas de la représentation d’une reine dans deux tragédies du XVIIe siècle
      Descriptif

      En ce qui concerne la création d’une identité en littérature, le théâtre possède une place spéciale du fait qu’il permet d’en donner l’incarnation, ce qui est d’autant plus intéressant lorsque l’on aborde des individus qui sont à la marge des discours normatifs. Sémiramis en est un parfait exemple puisqu’elle peut à la fois représenter la figure de la reine guerrière au sommet de sa gloire et celle de l’amazone monstrueuse. De là, nous nous demanderons si la représentation sur la scène tragique du XVIIe d’un tel personnage permet de donner une légitimité ou au contraire de confirmer une mise au ban des femmes de pouvoir.

    • Louise Caillebotte : L’éducation des jeunes filles par les femmes et l’idéologie du féminin selon les autrices du XIXe siècle
      Descriptif

      Au XIXe siècle, les jeunes filles ne sont éduquées que dans un seul but : trouver un mari possédant une bonne situation. Qu’elles soient envoyées dans des collèges ou élevées par des gouvernantes, elles doivent apprendre les bonnes manières, la vertu et les arts d’agrément pour devenir des femmes dites accomplies. Cependant, certaines mères décident, par choix ou manque de moyens, de garder leurs filles auprès d’elles afin de les éduquer à leur manière. À travers un corpus d’autrices, nous nous demanderons donc si cette enfance entre sœurs, cet apprentissage à l’écart de la société patriarcale permettait l’émergence d’un nouveau modèle féminin.

    • Marie-Pierre Auvray : Récits de voyages au féminin, des Parisiennes autour du monde au XIXe siècle
      Descriptif

      La pratique du voyage se développe au XIXe siècle et les femmes, comme les hommes, partent nombreuses à la découverte du vaste monde, prenant parfois la plume pour relater leurs aventures. Invisibles pourtant, masquées par quelques figures célèbres, ces écrivaines-voyageuses ont laissé une masse considérable de textes (récits de voyage, journaux intimes ou articles de presse) qui fournissent au chercheur une matière première largement sous-exploitée. En les étudiant, nous espérons mettre en lumière l’apport de la littérature de voyage au débat sur l’existence et la légitimité d’une écriture féminine.

    • Garance Mauris : Revendiquer une identité urbaine à travers le polar
      Descriptif

      Tout le monde lit des polars mais on se questionne finalement peu sur ce qu’ils peuvent transmettre. Il s’agit de se pencher avec plus d’attention sur les revendications politiques exprimées dans ce genre populaire, avec toute l’ambiguïté que cela recouvre. Par l’étude de Chourmo de Jean-Claude Izzo et du Vautour de Gil Scott-Heron, nous étudierons comment ces deux auteurs décortiquent, affirment et défendent une identité spécifiquement liée à l’espace urbain. Cette revendication peut à la fois naître d’une réappropriation d’un espace urbain imposé, par exemple les ghettos noirs américains des années 60, ou de la volonté de dépeindre et de défendre le sentiment d’appartenance à une ville dans toute sa complexité.

  • 10h30-11h00 : Questions
  • 11h00 à 11h20 : Pause

11h20 à 12h00 : Panel La figure de l’écrivain: représentations et évolution du XIXe au XXIe siècle

Description du panel

Héritier du scribe antique, d’abord copieur textuel au service de la société, l’écrivain connaît une grande évolution en ce qui concerne sa condition d’auteur et devient de plus en plus autonome. Ainsi se déploie un profond intérêt pour le personnel et l’intime, que l’on décèle chez Montaigne, Descartes, Rousseau et d’autres fondateurs de ce qui deviendra la « modernité ». Le XVIIIe siècle achève cette tendance par la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, offrant à tout un chacun une reconnaissance individuelle auprès de la loi qui le régit. En art, ce tournant idéologique se traduit par la toute-puissance de la subjectivité. Figure paradoxale, démiurge impuissant soumis au mal du siècle, l’écrivain moderne bâtit son identité sur le doute et la remise en question, alimentant ainsi les interrogations théoriques. Certains professionnels de l’écriture comme les traducteurs se mettent à interroger encore plus l’appartenance à ce statut quasiment mythique. Statut qui peut devenir prétexte au jeu, puisque certains auteurs s’amusent à disparaître derrière la fiction. En outre, les guerres mondiales et leurs traumatismes bouleversent la place de l’écrivain au sein de la littérature et rendent impossible l’écriture telle qu’on la connaissait au XIXe siècle. L’espace fictionnel du roman ne suffit plus à rendre compte des échecs de l’humanité, d’où la nécessité pour l’écrivain de se tourner vers ses propres expériences en tant que sujet et citoyen du monde. Les études critiques actuelles s’interrogent sur les modalités représentatives de la figure de l’écrivain : celui-ci écrit, s’écrit, s’efface, se réinvente, se réapproprie les formes et acquiert parfois une dimension transcendantale en intégrant notre patrimoine culturel national.

  • Présidé par Monsieur Philippe Forest
    • Grégoire Giot : L’écrivain dans sa fiction, une écriture de la modernité
      Descriptif

      En 1789, la Révolution française bouleverse l’ensemble des champs esthétiques et fournit une première impulsion à la « modernité ». La nature des artistes s’en trouve entièrement revisitée et l’on crée la notion d’auteur, établie tout au long du XIXe siècle. L’écrivain s’offre alors une place au sein de ses écrits et évoque pour la première fois sa nouvelle condition. Pour mieux saisir les enjeux de cette dernière, nous questionnerons ces quatre romans : Le Calvaire d’Octave Mirbeau (1886), Faim de Knut Hamsun (1889), Le loup des steppes d’Hermann Hesse (1927) et Demande à la poussière de John Fante (1939).

    • Amélie Sérazin : Lupin et la vraisemblance romanesque : faire croire à l’incroyable
      Descriptif

      Le 15 septembre 1911, un mois après le vol de la Joconde dont toute la France se gausse, paraît dans l’Excelsior un entretien avec Maurice Leblanc, « Arsène Lupin sait-il où est la Joconde ? », dans lequel on interroge, à travers son « historiographe », le célèbre cambrioleur. Complices, Leblanc et le journaliste s’adonnent à l’un des jeux préférés du père de Lupin : mêler fiction et réalité, rendre potentiel l’extraordinaire. L’auteur parvient à nous faire croire à l’existence d’un personnage incroyable, quitte à s’éclipser, paradoxalement, derrière sa propre création. Ce faisant, ce n’est pas seulement à Lupin qu’il donne vie, mais à un réel réenchanté.

    • Salomé Pauvert : La patrimonialisation comme reconsidération de la figure de l’écrivain
      Descriptif

      Après la Révolution française survient la nécessité de préserver les monuments qui fondent notre identité nationale, mais aussi les figures littéraires qui participent à l’établissement de notre culture. A ce sentiment national s’ajoute la curiosité de pénétrer à l’intérieur de l’univers intime des écrivains pour comprendre la source de leur inspiration. La rencontre de l’écrivain en sa demeure est en vogue au cours du XIXe siècle et c’est à ce moment qu’apparaissent les premières maisons d’écrivains comme lieux de sauvegarde et de pérennisation de la personnalité de l’auteur et de son œuvre. C’est à travers l’exemple de René Guy Cadou que nous étudierons les modalités et les enjeux de la patrimonialisation d’écrivains.

    • Mohamed El Mechrafi : Le traducteur fictif : un écrivain invisible
      Descriptif

      Relégué au second plan, le traducteur fut longtemps une figure marginale négativement connotée. Accusé de tromperie, de mensonge voire de traîtrise, il porte un héritage d’images péjoratives le poussant à l’invisibilité. Vers la fin du XIXe siècle, avec un intérêt grandissant pour la traduction et la traductologie, émerge une littérature mettant au premier plan des personnages traducteurs, qui réhabilite leur travail et interroge leur appartenance au statut d’écrivain. Nous nous intéresserons donc à travers deux romans, Vengeance du traducteur (2009) de Brice Matthieussent et Les Nègres du traducteur (2004) de Claude Bleton, au personnage du traducteur méta-fictif et auto- fictif qui se détache de l’ombre de l’auteur pour devenir écrivain et auteur à part entière.

    • Claire Chopin : Édouard Louis : S’écrire pour devenir
      Descriptif

      Le terme de l’autofiction voit le jour en 1977 sous la plume de l’écrivain français Serge Doubrovsky. Depuis, la théorisation d’une « écriture de soi » connaît de nombreux tumultes. Dès lors, en s’écrivant lui-même, la figure de l’écrivain prend place à part entière dans le paradigme littéraire de la fin du XXe siècle jusqu’à nos jours. C’est donc à partir de ce prisme autofictionnel que s’inscrit l’œuvre d’Édouard Louis. Il s’agira alors de nous questionner sur la poétique et les usages de la modalité autofictionnelle dans ses trois romans qui semblent révéler une valorisation du personnage écrivain par le biais de l’écriture.

  • 12h00 à 12h30 : Questions
  • 12h30 à 14h00 : Pause déjeuner

14h00 à 14h40 : Panel Angoisses, traumatismes et catastrophes

Description du panel

Qu’importe l’époque, l’Homme est inquiet de son sort : crainte de la mort, confrontation à des catastrophes ou à des changements inéluctables, l’impression d’une angoisse latente persiste en littérature. Au-delà de l’écrit, il faut aussi considérer la dimension visuelle et les divers modes de représentation des peurs et des traumatismes ayant successivement touché l’humanité. À travers différents domaines artistiques tels que le théâtre, la peinture, la bande-dessinée et le cinéma, les intervenants se succéderont afin de présenter une vision littéraire plus élargie des bouleversements ayant frappé les sociétés. Il s’agira notamment d’interroger l’esthétisation des horreurs et des transformations : doit-on rendre beau ce qui ne l’est pas ou n’est-il pas plus évocateur de montrer le réel dans sa forme la plus crue et choquante ? De plus, la position de l’artiste joue un rôle majeur dans notre perception de ces moments clefs de notre histoire. Il est aussi nécessaire de considérer les questionnements existentiels qui en découlent : prophéties d’un avenir sombre, peur de la mort, violence, destruction, catastrophes naturelles, tout cela à des fins cathartiques. Écrire pour traiter d’un tabou de la fin, dire l’indicible, se mettre en porte-à-faux vis-à-vis de normes sociales et politiques, s’interroger sur un progrès terrifiant, autant de problématiques qui transparaissent à la lumière des écrits et des représentations du XIXe, XXe et XXIe siècles. La société moderne, par ses évolutions et ses dérives, conduit à formuler une réflexion autour de la crainte d’une répétition des événements passés. Afin d’informer et de prévenir d’éventuelles catastrophes, le fait d’écrire ses peurs et de les exposer sur le devant de la scène ne relève-t-il pas non plus d’un besoin de guérir les blessures infligées par les siècles ?

  • Présidé par Monsieur Frédéric Le Blay
    • Romain Fauberteau : La Révolution Industrielle : angoisses et questionnements autour de l’émergence de la technologie
      Descriptif

      Les paysages transformés par la Révolution Industrielle, les terres anglaises et françaises recouvertes par la fumée des grandes cheminées et parcourues par les machines à vapeur, il s’agit là d’un décor dépeint par nombre d’artistes du XIXe siècle – ce même décor repris par les romanciers des deux pays, afin d’interroger et parfois de critiquer une foi dans le progrès trop extrême. Que ce soit par l’image ou par le verbe, la même question revient sans cesse, à la fois angoissante et prémonitoire : comment rester humain dans un monde désormais envahi par la technologie et l’idée d’un homo mechanicus ?

    • Babacar Ndiaye : L’angoisse de la mort dans le théâtre d’Eugène Ionesco : L’exemple du Roi se meurt
      Descriptif

      Phénomène inhérent à la condition d’existence de toute espèce, la mort est synonyme de la fin de toute création. Elle prend en otage l’homme qui veut s’éloigner de la mort ou refuse de mourir dans l’ultime but de mener une vie éternelle. A cet effet, Bérenger Ier est emporté, devant la mort, par un trouble indicible. Cette angoisse se laisse appréhender d’une part par une révolte et d’autre part par une négation active. Dès lors, on peut se demander si certains aspects de la mort, tels que l’horreur, l’atrocité et l’énigme, poussent à une anxiété traumatisante.

    • Justine Landel : Les différentes formes de violence dans le théâtre du XXe siècle : Etude comparatiste entre Bernard-Marie Koltès et Howard Barker
      Descriptif

      Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et de la découverte des camps, l’art n’en finit pas d’exorciser ses fantômes. Nombre de dramaturges se font héritiers d’une mémoire collective et la représentation théâtrale se présente comme un moyen de révéler les traumatismes du siècle. Une mise en scène de l’horreur voit le jour et permet ainsi de lever le voile sur les aspects les plus sombres de la nature humaine. Il sera question de comprendre en quoi l’Histoire, si elle a d’une part influencé la littérature du XXe siècle, est, d’autre part, révélatrice de l’inhumanité insoupçonnée de l’Homme.

    • Corentin Le Corre : Penser et représenter la catastrophe en littérature et au cinéma : Hiroshima, Nagasaki et Fukushima
      Descriptif

      Août 1945 : Hiroshima et Nagasaki sont annihilées par la bombe atomique. Soixante-six ans plus tard, le 11 mars 2011, le Japon est bouleversé par le plus important séisme de son histoire, provoquant un tsunami ainsi que l’accident nucléaire de Fukushima. Ces deux catastrophes, l’une militaire et l’autre partiellement naturelle, ont secoué l’humanité toute entière. Il s’agira d’étudier comment ces deux événements ont été représentés dans la littérature mondiale ainsi que dans le cinéma, quelle fut la posture des artistes face à ces derniers et comment ils peuvent être liés malgré leur nature distincte.

    • Laureline Lefèvre : La catastrophe post-apocalyptique comme marqueur des peurs des sociétés à travers le roman, le cinéma et la bande dessinée
      Descriptif

      Héritier des grands mythes de fin du monde, omniprésents dans toute mythologie, le genre du post-apocalyptique reste un événement contemporain : pendant des siècles, penser (à) une vie après la mort n’est pas envisageable. La fin du monde, l’Apocalypse, est unique et marque la fin de tout ; rien n’est possible après car l’Après n’existe pas. Écrire, filmer, dessiner du post-apocalyptique revient à parler d’actualité. En effet, montrer par l’écriture et par l’image les peurs de nos sociétés et les analyser permet de mieux comprendre le présent et le futur qui semble se profiler, ainsi que la place accordée à l’humain dans ces scénarios de catastrophe.

  • 14h40 à 15h10 : Questions
  • 15h10 à 15h30 : Pause

15h30 à 16h10 : Panel Au delà du texte

Description du panel

Lorsque l’on parle de traduction, on aurait tendance à adopter une vision strictement duale, à savoir considérer seulement le résultat de la transition d’une langue originale vers une langue d’arrivée. Cependant, le travail de traduction prend toute son envergure dans les nombreuses possibilités qu’il admet. En effet, aller « au delà du texte » est nécessaire. L’analyse et la compréhension fine du texte doivent amener à une autre lecture de l’œuvre, à une œuvre en quelque sorte nouvelle. Cette attention portée aux détails et au sens profond permet de comprendre comment le texte peut être rendu dans un autre système de signes et de signifiés, ou comment il peut être complété par ce système. Le texte est donc un matériau de base amené à être travaillé voire dépassé.
Par ailleurs, la traduction ne fonctionne pas strictement dans une dualité de systèmes de langues, elle peut également être intersémiotique, elle peut confronter texte et art pictural, musique, cinéma. Par un jeu de complémentarité de sens, les différents systèmes pourront se traduire mutuellement.
Ainsi, nous pouvons nous demander comment peuvent être définies les bornes de ce que l’on peut appeler un travail de traduction. Nous nous intéresserons aux possibles approches de la traduction à travers trois différents cas de figure : une traduction interlinguale, une traduction intralinguale, et une dernière que l’on pourra considérer comme une traduction intersémiotique.

  • Présidé par Madame Christine Lombez
    • Alexandre Nedelec : Traduction de Richard sans peur, roman du XVe siècle
      Descriptif

      Traduire un texte à l’intérieur d’une même langue est ce que Jakobson appelle la traduction intralinguale : la langue source du texte devient inaccessible au lecteur contemporain et le texte a besoin d’être « traduit » pour pouvoir être lu par les lecteurs de cette même langue. C’est donc une « remise à neuf » nécessaire du texte qui est proposée dans ce travail de recherche, rendre accessible un texte qui ne l’est plus. De plus, ce travail se double d’une introduction littéraire qui prend en compte la quête initiatique menée par les démons pour faire connaître la peur à Richard, cette émotion dont il est dénué. Ainsi, il faut s’interroger sur cette passion qu’est la peur et comprendre comment la peur ou plutôt, en l’occurrence, l’absence de peur contribue – ou non – à l’héroïsme du duc de Normandie, fils de Robert le diable.

    • Sylvain Garel : Traduction inédite de la nouvelle « The Runaway » du canadien Morley Callaghan
      Descriptif

      La traduction peut parfois consister en un projet de reconquête des marges et de valorisation d’une œuvre littéraire. Reconnu comme un écrivain de premier plan dans son propre pays, auteur d’un ouvrage de premier plan sur la Lost Generation américaine à Paris, l’œuvre de Morley Callaghan est toutefois méconnue en France et peu traduite. Dans un premier temps, il sera nécessaire de s’approcher au plus près du texte, pour le restituer au mieux après analyse des demandes d’invariance. Dans un second temps, il s’agira de fournir un travail d’édition critique et de commentaire.

    • Clara Dubois : La musique et la danse dans le théâtre de la Foire au XVIIIe siècle
      Descriptif

      A la fin du XVIIe siècle, les comédiens italiens installés à Paris sont chassés par le roi Louis XIV car la Comédie-Italienne risque de concurrencer la Comédie-Française nouvellement créée. Les pièces du Théâtre de la Foire sont censurées par la Comédie-Française sur les pièces jouées aux foires Saint-Laurent et Saint-Germain. Durant la première moitié du Commenté [Auteur in1]: Cette formulation est un peu lourde : « on aurait tendance à adopter une vision strictement duale » Commenté [Auteur in2]: Encore un peu répétitif ici « qu’il admet : aller « au-delà du texte » est nécessaire » Commenté [Auteur in3]: Nouvelle idée, nouveau paragraphe ? Commenté [Auteur in4]: Elle peut confronter texte et art pictural, musique et cinéma… Commenté [Auteur in5]: Les différents systèmes pourront se traduire mutuellement Commenté [Auteur in6]: De ce qu’on appelle ? C’est moins pesant Commenté [Auteur in7]: Préférer intralinguale vu que vous avez écrit les autres sans tiret Commenté [Auteur in8]: , en l’occurence, Commenté [Auteur in9]: Même chose, il faut mettre ton titre en entête Commenté [Auteur in10]: À étoffer un peu si possible Commenté [Auteur in11]: Même chose, le titre à mettre en entête Commenté [Auteur in12]: Mal dit XVIIIe siècle, les acteurs forains joueront malgré les interdictions en tous genres. Ces obstacles vont pourtant devenir une force pour les pièces foraines qui seront à l’origine d’un nouveau type de représentation : l’Opéra Comique. Puisque les acteurs ne peuvent plus parler sur scène, ils chantent. Cette mise en scène musicale se double par ailleurs d’une dimension parodique. En effet, les airs chantés sont tantôt des airs d’opéra sur lesquels on ajoute des paroles populaires, tantôt des airs populaires de vaudevilles citant des paroles d’opéra. Il s’agit donc, à partir de cette complémentarité de texte et de musique, d’interroger les choix de correspondances faits entre ces deux champs, de traduire ainsi la musique par le biais du texte, et inversement.

    • Cassandre Dibout : Heavy metal : Une régénération musico-littéraire sur les traces du spectre de l’opéra
      Descriptif

      Pouvons-nous envisager que la littérature se déplace, circule à travers d’autres médias ?
      C’est l’hypothèse que nous avions émise au début de nos recherches pour notre mémoire à savoir, les relations texte-musique entre le heavy metal et le romantisme noir. Loin d’être muettes, les paroles de ces groupes incarnent la littérature, spectre qui se déploie bien au-delà de l’œuvre. Nous avons choisi pour illustrer notre choix un exemple qui a du corps et du coffre : le Fantôme de l’Opéra (1910) de Gaston Leroux. La compénétration transfictionelle et transmédiale de cette œuvre semble se cristalliser à travers le miroir des albums de heavy metal.
      La manière dont l’univers du Fantôme de l’Opéra (plus que l’œuvre unique) est réinvesti, son usage esthétique par la communauté metal et ses codes pourraient bien éclairer la question de l’imaginaire littéraire et opératique du romantisme noir du XIXe siècle à nos jours.
      Nous nous appuierons sur le livre-somme de Timothée Picard intitulé : La civilisation de l’opéra. Sur les traces d’un fantôme paru chez Fayard en 20161

  • 16h10 à 16h40 : Questions
  • 16h40 à 17h00 : Mot de clôture animé par Monsieur Nicolas Correard