Archives de catégorie : Journée d’étude 2018

Rétrospective sur l’édition précédente

Compte rendu

Compte-rendu de l’édition 2018, par Julien Breton

La journée d’étude, organisée par les étudiants de master en lettres sous la supervision de Mme Labbé, a été lancée par un discours liminaire de Mme Rubellin, spécialiste du XVIIIème siècle au sein de l’université de Nantes. Au centre de son propos, la recherche : son avenir, ses enjeux, mais également le processus collectif que cela constitue, le travail du chercheur s’enrichissant au contact de celui de ses pairs, de leurs réflexions, remarques et questionnements. Mais dans ce processus, a-t-elle conclu, le cheminement compte autant que l’aboutissement, qu’il s’agisse d’une publication d’article ou d’une conférence. Tout au long de la journée, des groupes de trois à cinq étudiants se sont succédés pour des interventions individuelles articulées autour d’un thème central. 

Le premier panel, « des langues et des mondes », débuta en questionnant « l’uglossie », c’est-à-dire l’utopisme linguistique du XVIIIe siècle. De cette quête de langue parfaite dont s’inspiraient les écrivains de fiction, l’intervenante a présenté un auteur écossais, traducteur de Rabelais, dont elle fait l’étude : Sir Thomas Urquhart, qui inventa un langage universel alors qu’il était détenu en prison. L’auteur espérait que cette langue exubérante lui vaudrait libération, de par son utilité publique. Afin de contextualiser et comprendre cette langue, une approche comparatiste avec La Terre australe connue de Gabriel de Foigny a été adoptée. Par la parodie, sont entendues les nuances d’une utopie parfois proche de la dystopie.

Trois siècles séparent ce sujet du suivant, sur la restriction du spectre du langage à l’intériorité, telle qu’elle a pu s’écrire au XXe siècle. L’étude de la langue échappe à toute représentation, d’autant plus après la Seconde Guerre mondiale quand elle se rapproche du silence. Le langage devient l’outil d’expression d’un individu qui ne cherche plus à décrire des mondes mais à trouver sa langue intérieure pour décrire son monde, tel qu’il le perçoit.

Puis, après cette deuxième intervention, la réflexion s’est orientée vers l’écrivain St Exupéry (XXe siècle) et vers la langue des images, soit une langue qui vise à redonner du sens à ce qui en a perdu. Dans ce cas présent, le langage universel réside en ce que l’individu dit et montre de sa vie à travers les images de son enfance.

Il a ensuite été question d’auteurs d’une minorité ethnique acculturés linguistiquement, et de l’universalité des thèmes qu’ils abordent. Deux œuvres ont été appréhendées : un roman de langue anglaise de Momaday et un roman en russe de Rytkhèou. A l’opposé de l’universalité évoquée au début de ce panel, la langue devient dans le cas présent l’affirmation d’une identité de culture minoritaire.

Suite à une réflexion sur l’influence des écrits de St Exupéry et les écrits freudiens concernant le langage corporel, des questionnements ont mis en lumière la pluralité des langues, langues qui permettent l’accès à la connaissance et la rencontre d’identités étrangères et plurielles. La diversité et la progression de ces quatre interventions sous la forme dynamique du pecha-kucha a clairement retranscrit la sinuosité inhérente à la langue et ce qu’elle donne à voir d’un ou plusieurs mondes en résonance.

Le panel suivant, « Femmes et sexualité dans la littérature : entre fantasme et subversion », a souligné un paradoxe qui s’est installé très tôt dans l’histoire de la littérature : les artistes masculins sont les principaux vecteurs de l’image de la femme à travers les siècles, via leurs œuvres qui ont perpétué de nombreux stéréotypes.

Cette représentation stéréotypée fut l’objet d’une première intervention, portant sur les romans et les fabliaux des XIIIe et XIVe siècles. A cette époque, les femmes étaient souvent perçues à travers le prisme réducteur de la sexualité, mais cette norme n’était pas prise pour de la misogynie. Tandis qu’au XXe siècle, au cœur des Années folles, la sexualité est la représentation qui domine les trois romans étudiés (Fitzgerald, Gladkov et Margueritte) : les études de genre démontrent un engagement féministe. Les fantasmes masculins continuent, pourtant, de sombrer dans des stéréotypes mais le roman s’entrouvre à un espace de liberté pour que la femme puisse s’arroger sa propre identité, sa propre image.

Le bordel, quant à lui, est un autre envers du décor où les femmes sont le sujet et l’objet d’une entreprise littéraire menée surtout par des auteurs naturalistes du XIXe siècle. L’image de la femme s’exprime cette fois-ci dans les non-dits, là où les descriptions sexuelles sont absentes et comblées par le lecteur. Le bordel s’empare de la femme, modèle son image, sous les regards d’auteurs profondément masculins (Maupassant et Zola parmi eux).

Tout comme les bordels où les femmes sont montrées du doigt, la sorcière est représentée, dans les œuvres de Maryse Condé, comme un être sexué (et sexuel) dont le statut hors-norme appuie la réflexion féministe. Plus qu’une sorcière, il est question d’une prisonnière d’un système oppressif dont l’image est entourée d’une aura de mystère et de scandale.

Cette dernière représentation de la femme a permis d’illustrer les liens que la fiction et les femmes entretiennent : jusqu’où vont les fantasmes à leurs propos et comment manifestent-ils une évolution des mentalités et de la réflexion ? Les différents échanges en conclusion à ce panel ont fait émerger l’idée d’une narration qui intégrerait un point de vue féminin : comment la représentation des femmes tend-elle à accueillir dans sa manière de raconter des bouleversements qui disent une inversion des valeurs et des regards ?

Après la langue et sa quête d’universalité, après l’étude de représentation de la femme dans la littérature, c’est au tour de l’écriture de l’histoire et notamment pour cette première conférence de l’après-midi, les récits de voyage au féminin de plusieurs autrices du XXe siècle.

De ces cinq récits de femme, le voyage est au cœur de leur quête d’émancipation ; l’écriture de l’histoire des hommes s’écrit aussi par sa propre histoire. Ces voyages écrits s’emparent du monde et entreprennent une histoire polymorphe et influencée par ces regards multiples que des femmes ont porté sur leurs découvertes : comment transparaît l’histoire à la lueur de ces exploratrices-autrices ? Mais l’histoire humaine se complète, s’étoffe et s’approfondit par l’histoire nationale, l’histoire de France, notamment celle du XVIIe siècle : à quoi tient la frontière entre faits historiques et histoires romanesque ? Le caractère d’Henri III (dans l’espace de Mézeray) et ses zones d’ombre constituent l’irruption du Mal dans l’histoire. Si l’histoire humaine laisse la place à la grande histoire, c’est aussi parce qu’elles peuvent s’entremêler : tel est le cas de Mme Rolland, personnage de la Révolution qui écrit ses Mémoires en prison. Sa propre histoire est celle de l’histoire de France. Contre la tyrannie royale et le système de classe sociale, Mme Rolland définit et théorise ce qu’on pourrait appeler un idéal républicain.

De retour au XVIIe siècle, la conférence approfondissait la République des lettres et traçait ainsi une histoire des idées : un idéal politique et philosophique au nom de cette République des lettres. L’histoire se pense au cœur d’un siècle nourri de savoir par des écrivains qui correspondent et réfléchissent sur leur époque tout en s’appropriant sa matière, ses points d’éclat et sa profonde complexité.

Le spectre s’est rétréci, vers la fin, à un seul écrivain du XIXe siècle, Emile Zola, qui est devenu un témoin (contre, peut-être sa propre volonté) des dérives de son époque : l’écrivain se plonge dans l’histoire de son temps (l’affaire Dreyfus) et témoigne de ce qu’il a vu (comme de l’antisémitisme croissant du XIXe siècle) : son œuvre prend un nouvel éclairage et laisse à la postérité matière à penser ce qui dévie de sa route, le vacillement d’une époque dans des croyances insupportables. L’histoire est aussi une affaire d’écrivain. Du naturalisme au romantisme, d’Emile Zola à Victor Hugo, il ne semble y avoir qu’un pas mais la différence semble être malgré tout importante et se situer surtout par rapport à l’histoire : celle-ci s’élève, en effet, du commun des mortels pour aspirer à l’intemporalité du mythe. L’histoire s’intègre ici, dans l’œuvre de Victor Hugo, comme un moyen pour lui de créer, de sonder aussi son époque et de la tenir, dans ses œuvres poétiques aussi bien que dans ses romans, en une esthétique de la totalité, c’est-à-dire conserver ce qui fait la diversité et la complexité du réel (en d’autres termes, embrasser toute la grandeur de son temps).

L’aboutissement de l’histoire individuelle, humaine en un mythe a conclu un panel équilibré autour duquel ont gravité différentes époques, différents genres : l’histoire, véritablement, s’est exprimée sous toutes ses formes et sous toutes ces manifestations.

Le dernier panel s’est intéressé au cas du théâtre, et plus particulièrement à la relation entre la salle et la scène. L’introduction de ces interventions s’est concentrée sur les guerres entre théâtres, qui pouvaient donner lieu à des discours métathéâtraux, rapprochant davantage encore la scène de son public.

Telle fut typologie dressée par l’étude des pièces du XVIIIe siècle au théâtre de la foire. L’investigation des documents relatifs aux représentations théâtrales a permis l’établissement d’un précis du comportement du public. Il est devenu évident, dès lors, que l’expression du spectateur (sa réaction) influait sur la réception de la scène. L’intertextualité théâtrale fait aussi partie de la relation qui rapproche le spectateur de la scène : plusieurs pièces du théâtre de Foire peuvent être lues comme des pièces à tiroir dans lesquelles un dialogue s’instaure entre acteurs et spectateurs. Une sociologie du public du XVIIIe siècle peut-être ainsi tracée : du peuple aux nobles, les distinctions s’estompent face à la scène.

En début ou fin de représentation le compliment complète l’intertextualité théâtrale. Cette pratique dramaturgique s’adresse directement ou non au public sous les formes variables de l’éloge, du zèle ou de la demande d’indulgence. Dans ces compliments se dévoilait aussi une intention masculine à destination d’un public féminin. S’il se situe aux marges de la pièce, le compliment n’en reste pas moins partie intégrante de la représentation et fait office de lien entre le spectateur, témoin de la pièce, et ses personnages. Dans cette logique de communication privilégiée entre scène et salle, un déplacement s’opère vers le cœur de la pièce, notamment à travers l’aparté du XIXe siècle, étudié à l’occasion de la dernière intervention, dans l’œuvre de Labiche. Le dialogue avec le spectateur est érigé chez l’homme de théâtre de boulevard en une œuvre d’art : l’aparté invite le public à rire, à se placer dans un rapport de connivence, afin qu’une complicité se lie, de sorte que le théâtre apparaisse le plus vivant possible. L’aparté est alors un amusement auquel participe activement le public : des éléments de dialogue circulent, traversent la conscience du spectateur.

Une question s’adressant à tous les intervenants du panel est venue clore cette étude de Labiche : avaient-ils eu, auparavant, une pratique du théâtre ou de la scène ? Les réponses ont esquissé les liens indéfectibles et intimes qui unissent pensée, réflexions, recherche, investissement et prolongement de l’être intellectuel, pensant sur scène. Les réponses ont surtout montré l’importance déterminante que représente la pensée d’un élément littéraire, d’une de ses composantes, et la manière dont on la conçoit à côté : comment les façons de se saisir du théâtre (et de toute chose) peuvent-elles se rejoindre, s’unir ?

En conclusion de cette journée ponctuée de conférences qui ont traversé les siècles, les auteurs et les œuvres, nous avons pu assister aux remerciements à destination du public, à la façon d’un ultime lien métaphorique entre la scène et la salle. Ces remerciements ont rappelé que la recherche s’enrichissait d’une pensée individuelle puis collaborative sans laquelle aucun véritable travail ne se fait. Une conclusion qui, à bien y réfléchir, résumait ce qu’est le propre de la recherche : un perpétuel dialogue.

Julien Breton

L’évènement

Vous trouverez  ici des informations concernant l’édition 2018 de la journée d’étude organisée par les étudiants du Master LFC de l’université de Nantes.

La journée d’étude 2018 a eu lieu le mercredi 30 mai. Vous trouverez ci-dessous le programme de la journée,  agrémenté de textes déroulants décrivant les panels et les interventions. Cliquez sur les mots précédés d’un triangle.

 

Programme

  • 9h à 9h30 : Intervention introductive – Mme Labbé

9h30 à 10h15 : Panel Des langues et des mondes (format Pecha-Kucha)

Descriptif du panel

Le Renard du Petit Prince le disait, « le langage est source de malentendus ». Trop arbitraires ou polysémiques, nos langues imparfaites constituent à la fois notre seul outil et notre plus grande lacune pour décrire le monde. En déterminant notre façon de raisonner et notre regard sur le monde pour en extraire des vérités, elles sont tour à tour des engins de colonisation, de propagande ou d’aveuglement conscient ou inconscient. Quand les mots manquent, nos langues mettent en évidence la complexité et l’opacité des échanges entre les êtres, leur culture et leur psychologie. Dans la culture chrétienne, le sentiment d’une humanité restreinte par ses langues prend source dans le mythe biblique de la Tour de Babel : par la multiplication des langues, le châtiment divin empêchera à jamais les Hommes de se comprendre, condamnés à une éternelle équivocité. Si, à la Renaissance, en Europe, de nombreux érudits se sont consacrés à la quête d’une langue parfaite, qualifiée d’Adamique, de philosophique ou d’universelle, dépasser les imperfections des langues n’en demeure pas moins un enjeu ultra-contemporain. Au XXe siècle, le traumatisme des guerres mondiales bouleverse les croyances occidentales et remet en question notre capacité à dire le monde. Philosophes et écrivain.e.s réfléchissent alors la nécessité d’un langage nouveau, non plus dans son lexique mais dans sa forme : quand certains adoptent la voix poétique et symbolique du langage par images, d’autres procèdent d’une communication tout aussi subjective que manifestent les signes conscients ou inconscients reliant l’intériorité à la corporéité. Ainsi, parce que l’expression du monde repose sur deux critères réciproques – le réel naît de la langue et la langue naît du réel – les fondements d’une langue, qui crée et pose une vérité sur le monde à partir d’elle-même, paraissent subjectifs et, en ce sens, imparfaits. Nous explorerons différentes propositions de penseurs qui, au regard de ces lacunes, ont réfléchi une langue nouvelle pour exprimer l’ineffable.

      • Colette Michaud : « L’uglossie » ou l’utopisme linguistique au XVIIe siècle
        Descriptif

        Dans l’Europe du XVIIe siècle, la découverte de langues exotiques ou archaïques font fantasmer les érudits. Dans les sphères intellectuelles de la société, se dégage l’idée que les langues naturelles parlées en Europe sont imparfaites et restreignent la connaissance humaine. De Comenius à Wilkins, des communautés de savants s’essaient ainsi à la composition d’une langue philosophique et universelle dans des traités sérieux – mais la recherche de la langue parfaite inspire également les écrivains de fiction, notamment les auteurs d’utopie, genre dont une langue autre, nouvelle et parfaite, devient rapidement l’un des lieux communs. J’étudierai la quête de la langue parfaite au XVIIe siècle via la notion d’utopie et tout ce qu’elle présente de paradoxal.

      • Salomé Pauvert : Le langage intérieur : corporéité, sensibilité, universalité ?
        Descriptif

        Je placerai le langage du côté de l’individualisme en littérature en l’analysant au regard de l’écriture de l’intériorité. En effet, la représentation du flux de conscience est bien le lieu d’un langage intérieur comme expression intime et psychique des pensées, des sentiments et des opinions. Sa représentation passe par la lecture de signes et la création d’un langage corporel et sensible. Mettre en exergue ce langage presque inconscient c’est dire ce qu’est l’homme à l’intérieur de lui-même et c’est attribuer à ce langage une dimension universelle. Toutefois, celui-ci n’est pas sans comporter des limites qui montrent que la sphère intime relève de l’indicible.

      • Mélisandre Csaba : L’esthétique d’Antoine de Saint-Exupéry : la langue des images
        Descriptif

        Pilote de guerre et écrivain, Antoine de Saint-Exupéry démontre les limites du réel dans un temps où le monde semble perdre sens. Le savoir n’est que relatif, l’auteur en est convaincu, mais ce phénomène ne peut être remarquable dans un langage verbal qui apparaît comme lacunaire : les insuffisances de la langue « dénouent » les hommes pourtant issus d’un même « pays ». Soucieux d’un nouveau langage pour renouer la collectivité humaine, Saint-Exupéry développe une écriture sensible qui fonctionne par images et restaure ce « pays » perdu qu’est l’enfance pour y retrouver le regard – poétique et métaphorique – que porte l’enfant sur le monde.

      • Gulsesek Doniec
        Descriptif

        Un écrivain peut se servir d’une langue aussi bien pour tisser les liens entre les humains qu’accentuer les différences qui les séparent. Deux écrivains d’origine autochtone, Scott Navarra Momaday, Amérindien de la nation Kiowa, et Youri Rytkhèou, Tchouktche de l’extrême Nord de la Russie soviétique, ont écrit dans les années 1960 respectivement un roman en anglais et un en russe. Mais voici la différence essentielle : l’écriture du premier est opaque et nécessite un effort quasi-herméneutique de la part du lecteur, tandis que le second utilise une langue limpide pour mieux expliquer et partager sa culture avec le monde extérieur.

 

  • 10h15 à 10h45 : Discussion
  • 10h45 à 11h : Pause

11h à 12h : Panel Femmes et sexualité dans la littérature : entre fantasme et subversion

Descriptif du panel

Parce que l’histoire littéraire est très largement dominée par la plume des hommes, le regard que la littérature propose sur le monde est plus souvent en accord avec des préoccupations masculines que féminines. Néanmoins, cela n’empêche pas la littérature francophone, depuis le moyen âge jusqu’au XXIe siècle, de regorger de textes qui se sont attachés à prendre des femmes pour protagonistes, ou même à décrire l’intimité de personnages féminins. Or, cette représentation des femmes au cours des siècles se révèle multiple, puisqu’elle recouvre toutes les nuances de l’idéalisation la plus courtoise ou romantique à l’aversion la plus profonde. Lorsqu’il s’agit de représenter la sexualité, le portrait est plus souvent conventionnel, et le personnage féminin sexuellement actif répond alors à un ensemble de conventions et de codes ambivalents, aussi bien positifs que négatifs. Par ailleurs, cette écriture masculine de la sexualité féminine laisse souvent une large place à la représentation de fantasmes masculins qui appellent à questionner le rapport de ces écrivains à l’altérité. Par exemple, le personnage de la séductrice, ou bien de la « femme fatale » représente à la fois le fantasme de la femme initiatrice et actrice de la sexualité, et la peur de l’écart à la norme des mœurs que serait la femme passive et soumise dans sa sexualité. Ainsi, lorsqu’elle est représentée, la sexualité des personnages féminins se caractérise avant tout par le dérèglement à travers la nymphomanie, la polygamie, ou encore le lesbianisme. Ainsi, les personnages de femmes libres, au moins sur le plan sexuel, relèvent d’une esthétique ambivalente, voire équivoque, puisqu’ils représentent à la fois une forme d’émancipation et une forme de subversion des valeurs morales qui, parce qu’elle est souvent montrée comme excessive, appelle la sanction. La liberté morale et sexuelle des personnages féminins peut alors à la fois constituer leur caractère exemplaire, caractéristique traditionnelle du personnage romanesque, et justifier leur marginalisation.

      • Cédric Bézannier : Représentation des femmes et réactions aux
        valeurs courtoises dans les fabliaux et romans des XIIIe et XIVe
        siècles
        Descriptif

        La littérature courtoise et chevaleresque qui s’impose comme la forme littéraire quasi exclusive de la littérature laïque jusqu’au XIIe siècle propose une représentation des personnages féminins en accord avec un modèle d’idéalisation courtoise dont les valeurs de chasteté, de beauté et de noblesse se voient largement repoussées dans le nouveau champ littéraire ouvert par le XIIIe siècle qui, en se saisissant d’enjeux non nobles, s’attache également à une représentation plus triviale, moins optimiste du monde, et dans laquelle on retrouve largement les inquiétudes que suscite la femme chez l’homme médiéval, dont l’écriture est la prérogative et dont le regard sur le féminin pose la question de son rapport à l’altérité.

      • Anthéa Jesnak : Sexualité, genre et pouvoir dans les Années folles
        dans The Beautiful and Damned de F. S. Fitzgerald, Le Ciment de F.
        Gladkov et La Garçonne de V. Margueritte
        Descriptif

        À travers une redéfinition multiple du genre féminin, la sexualité est largement abordée dans les textes. Les auteurs, sous l’effet de l’inconscient et des acquis sociaux, présentent un traitement qui laisse apparaître des traits mythiques et conventionnels. La représentation du désir se teinte de fantasmes masculins. Les protagonistes et/ou le narrateur sont observateurs de nouveaux comportements féminins qui les interrogent. Le récit prend parfois l’allure d’exploration ou d’expériences empiriques pour comprendre ce phénomène de changement. Les mises à l’épreuve des héroïnes, qui font face à la violence et à certains obstacles de la société patriarcale, sont la preuve de la tension qui s’installe entre l’élan de progrès qui s’observe à l’époque et le désir de conservation des traditions.

      • Alexis Gantier : Le bordel naturaliste : comment dire l’indicible
        Descriptif

        Les descriptions naturalistes du bordel omettent, à première vue, la sexualité. Pourtant elle est bien là, entre les lignes. À la lecture des textes « bordéliques » naturalistes on trouve des implicites — autrement dit des « révélations voilées » — qui suggèrent les désirs et les chairs des prostituées et des michets. En s’appuyant sur une étude de la langue et de la phrase naturalistes, en un mot du « style », on tentera de mettre à jour et d’exalter ce grand « silence » des bordels littéraires du XIXe, de révéler un aspect de la « pornographie », de l’érotisme naturaliste.

      • Sindy Labeye : La représentation de la femme Sorcière comme être
        sexuel dans Moi Tituba, Sorcière Noire de Salem et Célanire Cou Coupé
        de Maryse Condé
        Descriptif

        L’œuvre de Maryse Condé est riche en personnage féminins notables, des femmes très souvent en marge du monde et inadaptée aux sociétés auxquelles elles sont confrontées. Dans notre corpus, cette mise en scène de la femme en marge, sujette au déracinement et au jugement est portée à son paroxysme avec l’utilisation d’un type de personnage bien précis : la sorcière. A partir de ces deux femmes, Tituba et Célanire, nous interrogerons la représentation de leurs pratiques sexuelles comme élément de mise en marge et de subversion. Le discours de Condé tend finalement il à une glorification et une affirmation quasi féministe de la sexualité pour toutes à travers le personnage de la sorcière ?

      • Maria Amini
  • 12h à 12h30 : Discussion
  • 12h30 à 14h : Repas

14h à 14h45 : Panel Écrire l’Histoire (Format Pecha-Kucha)

Descriptif du panel

Ce panel composé de cinq masterants se propose d’explorer la manière dont, à différentes époques, la littérature a pu prendre en charge l’écriture de l’histoire. Les interventions auront comme fil conducteur le triptyque suivant : « Ecrire l’histoire, écrire sur l’histoire, écrire son histoire ». La littérature apparaît en effet comme un moyen privilégié de transmettre des représentations et des visions du monde. Dès lors, il semble pertinent de s’interroger sur la façon dont un auteur peut, avec sa subjectivité, livrer une vision du monde et de soi qui rende compte d’une certaine réalité historique. Les communications montreront que les auteurs choisis entretiennent des rapports variés avec la question historique : simples témoins ou acteurs de leur temps ?
Les interventions exploreront différents media : de l’écrit historiographique au récit de vie, en passant par les diverses formes de la fiction. Les intervenants s’interrogeront sur l’intention et la réception des auteurs à travers leurs œuvres ainsi qu’à la thématique de la subjectivité du témoignage dans l’écriture de (ou sur) l’histoire. A ce titre, un large éventail de questions pourra être abordé : la réception (destination des écrits, intention de l’auteur, volonté d’être publié, recherche de gloire, de pouvoir ou de postérité ?), la différence entre hommes et femmes dans la manière d’écrire (sur) l’histoire, le rôle de la presse dans la réception des auteurs étudiés (témoignages sur l’époque, articles publiés de ou sur l’auteur), légitimité du témoin pour dire l’histoire, relations entre grande et petite histoire (récits de vie, témoignages ou pamphlets constituent-ils une part de l’écriture historique ?) et enfin rapport à la vérité, à l’objectivité dans le champ historique. Plus généralement, il pourra être intéressant de s’interroger sur les liens qu’entretiennent les auteurs et leurs œuvres avec les composantes de leur époque : société, modèles, cultures et pouvoirs.

      • Marie-Pierre Auvray : Les récits de voyages de quelques autrices françaises au XIXe siècle
        Descriptif

        La pratique du voyage se développe largement au XIXe siècle et les femmes, comme les hommes, sont nombreuses à partir à la découverte du monde. Certaines prennent la plume et rédigent récits de voyage, journaux intimes ou articles de presse, fournissant au chercheur une matière passionnante pour l’étude de cette époque charnière. Loin de présenter une qualité littéraire équivalente, ces récits portent sur le monde un regard subjectif, teinté tantôt d’ humilité et de liberté, tantôt de dureté et de préjugés tenaces. Leur comparaison permettra de faire ressortir leurs points communs mais aussi leurs divergences profondes quant à la toujours actuelle question féministe.

      • Anaïs Bertrand : Mézeray et le règne d’Henri III : regard et réflexion sur un roi contesté et une époque inquiète
        Descriptif

        Dans son récit du règne d’Henri III, Mézeray, historiographe royal du XVIIe siècle, mêle objectivité historique et recomposition littéraire. Les discours et les dialogues nécessairement reconstruits, le romanesque d’une époque troublée par les guerres et les immersions dans les pensées secrètes des personnages sont autant d’outils qui donnent vie à l’histoire. Mais si le texte de Mézeray nous fournit un voyage agréable au cœur du règne d’un des rois les plus contestés de l’histoire de France, il est aussi le lieu d’élaboration d’une vision de l’histoire devenue inquiète par le troublant constat du pouvoir du mal et de la mort dans la vie des peuples.

      • Charlotte Corbel : Madame Roland : une plume engagée au service d’un idéal républicain
        Descriptif

        Madame Roland, figure féminine de la Révolution française communément considérée comme l’égérie de la Gironde, livre au lecteur un véritable témoignage moral et politique de son époque. Il s’agira, par le biais de ses Mémoires et de sa correspondance politique, de saisir l’influence considérable qu’elle eut, en tant que salonnière et femme de ministre, auprès de ce parti de réformateurs modérés. Ce sont à la fois ses fines analyses politiques et sa rédaction de portraits et d’anecdotes qui ont participé à la réalisation de ce témoignage unique d’une femme aux idéaux républicains. Ne souhaitant pas devenir écrivaine, ce fut indéniablement la situation révolutionnaire qui la transforma comme telle.

      • Alexandre Le Lay : Saavedra Fajardo et la crise de l’humanisme : la fin de l’idéal de République des Lettres
        Descriptif

        Diplomate espagnol de premier plan lors de la Guerre de Trente Ans, Diego de Saavedra Fajardo est aussi l’auteur d’écrits satirique, et notamment de la República Literaria. En recourant au genre hybride et malléable de la satire ménippée, Saavedra Fajardo propose un voyage imaginaire et critique afin d’examiner les arts et les sciences. Il s’agira de voir comment l’écriture utopico-satirique de l’idéal de République des Lettres peut non seulement rendre compte de l’Histoire politique, culturelle et philosophique de l’Europe du second humanisme, mais aussi réfléchir aux relations mêmes que la fiction littéraire entretient avec l’Histoire.

      • Tiana Soares : Emile Zola, ou le legs d’un minutieux témoignage historique et littéraire du XIXe siècle
        Descriptif

        Emile Zola, écrivain français mondialement connu, chef de fil incontestable du naturalisme… mais aussi journaliste. Trop méconnue encore aujourd’hui, son expérience journalistique a pourtant permis à l’auteur d’étudier minutieusement les divers problèmes de son temps et de les comprendre. Dans la vaste fresque des Rougon-Macquart, le cadre historique est indéniable. Le naturaliste voulait véritablement léguer un témoignage exhaustif du Second Empire en insistant à de nombreuses reprises sur les grandes transformations de son époque comme le développement du chemin de fer en France mais aussi l’urbanisme parisien…ou encore sur le développement incessant du pouvoir de la presse dans la seconde moitié du XIXe siècle.

      • Olivier Beneteau
  • 14h45 à 15h15 : Discussion
  • 15h15 à 15h30 : Pause

15h30 à 16h30 : Panel Modalité d’interaction entre la scène et la salle

Descriptif du panel

La fiction théâtrale génère au cours des siècles de nouvelles modalités d’interaction entre les comédiens et les spectateurs. Au XVIIIe siècle, la mise en scène de personnages appartenant au monde du théâtre, notamment dans les pièces du répertoire forain, est une pratique fréquente. Si les « comédies pour comédiens », selon la formule de Georges Forestier, existaient déjà au XVIIe siècle – on pense notamment à L’Impromptu de Versailles – elles abondent au XVIIIe siècle. Or, certaines de ces pièces métalittéraires sont particulièrement intéressantes dans la mesure où elles nous invitent à interroger le rapport entre la scène et la salle et la perméabilité des frontières entre les espaces de la représentation.
Toutefois, cette métathéâtralité, en partie étudiée notamment grâce aux travaux de Jeanne-Marie Hostiou et Nathalie Rizzoni pour la période du XVIIIe siècle, n’est qu’une possibilité parmi d’autres pour créer ou recréer un jeu d’interaction entre les comédiens et le public. C’est pourquoi, nous nous proposons de mener une réflexion plus générale sur les procédés dramaturgiques inventés au cours des XVIIIe et XIXe siècles pour créer une relation entre comédiens et spectateurs.
Le public de théâtre au XVIIIe siècle est totalement différent du public que nous connaissons à notre époque ; bien plus qu’un lieu d’accès à la culture, le théâtre est surtout un lieu de socialisation. A travers cette nuance, il faut envisager des comportements qui appellent à réflexion. D’une simple répartie à une réplique au déclenchement d’une bagarre, le public devient un réel acteur dans la représentation théâtrale, qu’il peut perturber à la moindre intervention. Ce sont ces comportements qui influencent les modalités d’interaction entre spectateurs et acteurs.
Le degré de complexité de ces modalités d’interaction est variable. La plupart du temps un personnage de la fiction théâtrale apostrophe l’ensemble du public. C’est souvent le cas dans le dernier couplet en vaudeville des opéras-comiques forains ou encore dans certaines pièces du théâtre de boulevard moderne dont l’objectif est essentiellement de réclamer l’indulgence des spectateurs. Mais il se peut également que l’ensemble des comédiens s’adresse au public comme dans le compliment, pratique théâtrale particulièrement fréquente au XVIIIe siècle, reposant sur une série de topoï. Les dramaturges forains, en proposant un détournement de ses codes, participent au renouvellement de cette pratique. C’est aussi par la réutilisation spécifique d’un procédé dramatique connu, l’aparté, particulièrement théorisé pour la période classique, qu’Eugène Labiche développe une relation privilégiée entre les personnages de ses pièces et son public. Si ce procédé n’est pas nouveau, son abondance et la variété des utilisations dont il fait l’objet rendent son étude particulièrement intéressante.
L’étude de ces différentes modalités d’interaction fictionnelle nous invite à questionner la représentation du ou plutôt des publics dans la production dramatique. Quelle(s) image(s) des spectateurs les dramaturges nous donne-ils du public ? Quelles informations les pièces nous apportent-elles sur les spectateurs de leur époque ? Nous permettent-elles d’en élaborer une typologie ? Dans les pièces foraines par exemple – répertoire faisant actuellement l’objet d’une redécouverte – les allusions hypertextuelles sont nombreuses. Dans la mesure où elles répondent à un comique d’actualité, leur analyse pourrait nous renseigner sur la culture commune aux spectateurs du théâtre.

      • Charlotte Pierre : La relation acteur-spectateur : la typologie des comportements du public dans les théâtres de la première moitié du XVIIIe siècle
        Descriptif

        Le théâtre est un phénomène esthétique et social qui, au cours d’une représentation, tend à faire vivre au public un moment fictionnel sous ses yeux. Bien plus qu’un lieu d’accès à la culture de l’époque, le théâtre au XVIIIe siècle est avant tout un lieu de socialisation non négligeable. Au théâtre, on se rencontre, on discute, on se montre, et parfois on regarde la pièce ; autant de possibilités que d’individus présents. En dressant une typologie de ces comportements, il est alors possible de comprendre que les liens entre acteurs/public sont à double-sens : les anecdotes recensées par Emile Campardon et Louis Loire dévoilent un grand nombre d’incidents, venant troubler les représentations théâtrales, dont le public en est le seul auteur.

      • Mélissa Khaled : L’intertextualité théâtrale : un comique culturel au goût du public du XVIIIème siècle
        Descriptif

        Le théâtre connaît en France un véritable engouement au XVIIIème siècle. Les théâtres de la Foire font partis de ces lieux réunissant le public. Pour plaire aux spectateurs, les comédiens forains redoublent d’ingéniosité en utilisant des procédés dramaturgiques variés comme l’intertextualité. En effet, les pièces foraines réinvestissent des personnages présents dans d’autres pièces. Cette mise en abîme intertextuelle crée un comique de reprise subtil qui rend ainsi la pièce plus agréable et plus vivante. Un jeu de connivence s’installe alors entre acteurs et spectateurs puisque les comédiens font appel à la culture du public qui devient donc un membre actif de la représentation théâtrale.

      • Julien Le Goff : Compliments à l’Opéra-Comique (1731-1742)
        Descriptif

        Le compliment d’ouverture ou de clôture des spectacles est une pratique dramatique particulièrement en vogue au XVIIIe siècle. Sa fonction principale est de réclamer l’indulgence des spectateurs et de les inciter à venir ou revenir assister aux représentations. Nous nous intéresserons plus particulièrement aux compliments de l’Opéra-Comique entre 1731 et 1742. Au cours de cette période, l’entrepreneur Pontau confie à Pannard et Favart le soin d’écrire l’essentiel de ces textes. Les deux auteurs forains n’hésitent pas à jouer avec les topoï caractéristiques du compliment et à renouveler ce qui peut dès lors apparaître comme un sous-genre dramatique à part entière.

      • Jean-Hermann Hutchings : La relation acteur-spectateur : Le rôle de l’aparté dans le théâtre d’Eugène Labiche dans la communication directe avec le public
        Descriptif

        Ce que l’on nomme « théâtre de Boulevard » au XIXème, appartient aux œuvres des dramaturges des comédies de mœurs dont l’un des plus réputés n’est autre qu’Eugène Labiche. L’inspirateur de Georges Feydeau était le plus grand utilisateur de l’aparté, procédé ayant vu le jour en 1639, définit par Jules de la Mesnardière dans la Poétique, puis théorisé plus tard en 1639 par d’Aubignac dans La Pratique du théâtre. Dans le Trésor de la Langue Française, l’aparté est considéré comme un discours que le personnage se fait lui-même, mais il peut s’émanciper de cette simple définition. L’acteur, par l’aparté, peut se placer entre le public et la scène : son aparté est une communication, une invitation du spectateur à jouer le jeu.

      • Hélène Averseng
  • 16h30 à 17h : Discussion
  • 17h : Mot de clôture